Aube

Je laisserai le vent te porter mon audace
dans la beauté sensuelle de tes cheveux épars
souffler sur tes lèvres la poésie de mes mots
admirer ton corps  qui se donne aux astres
envoutant amour qui se pâme au soleil
exhalant les senteurs des aubes naissantes
dans les brumes frivoles des matins d'automne

Elle a perce mon écorce de son rire clair
lié son coeur au mien d'un fil de soie
je me suis perdu dans ces terres ténébreuses
assommée de moment et d'instants naissant
que  pouvais je faire oscillant dans le temps
sinon m'apercevoir qu'elle est mon amour
celle qui me fait souffrir de ne pas lui sourire

De blessure en blessure elle a fendu mon armure
avec des mots coupant comme une lame
il n'y a que trop peux de mots qui sachent
se changer en caresses et me faire oublier le reste
perdu dans la vie difficile  de trouver un chemin
un endroit solitaire a l'abri de nos chimères
ou je mourrais volontiers de ne pas savoir l'aimer



15/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres